Internet et dégradation des mœurs : les jeunes de plus en plus exposés !

Le constat est général, la dégradation des mœurs ou la crise « flagrante » des valeurs est un phénomène qui commence à prendre de l’ampleur dans notre société et continue de plus en plus à étendre ses tentacules jusqu’aux tréfonds de nos vies les plus intimes. Dans un monde globalisé marqué par l’avènement des technologies de l’information et de la communication, l’internet a permis à l’humanité de vaincre les facteurs temps et espace. Aujourd’hui l’utilisation négative de l’internet et des nouveaux médias a largement impacté sur certains comportements notamment chez les jeunes et constitue davantage un outil puissant de propagande et de dégradations des mœurs.

 Ces jeunes internautes ignorent parfois les dangers ou méfaits que regorgent les réseaux sociaux auxquels ils sont exposés, aveuglés certainement par la passion de poster de poster des photos ou des vidéos qui font surtout le buzz sur la toile. L’affaire de la petite fille (qui insultait sur les réseaux sociaux), le feuilleton Penda Ba et Amy Collé, l’apprenti qui pissait dans la rue en plein jour, l’épisode des jeunes filles dansant vulgairement sur les réseaux sociaux et récemment les jeunes « Baye Fall » se comportant comme des « goordjiguenes » sont autant de faits confirmant la dégradation des mœurs au Sénégal.

 L’impact de la télévision, des films, des réseaux sociaux devient également de plus en plus incontrôlable et inquiétant car on assiste à une dépravation des mœurs sans précédent. Les réseaux sociaux notamment Facebook est devenu aujourd’hui un endroit où la débauche se cultive et s’applique sans honte ni réserve. La situation devient de plus en plus alarmante et cela au vu et au su de tous mais des parents en particulier qui aujourd’hui ont tout simplement plié bagages quant à l’éducation de leurs enfants en préférant juste négliger ou fuir leurs responsabilité.

Le Sénégal des valeurs traditionnelles, du respect de la personne humaine, de la dignité (des valeurs de « Kersa », « Diom », « Soutoureu »…) est en passe de devenir un dépotoir sans valeurs où toutes les idées que la morale récuse, parfois venues d’ailleurs, élisent domicile sans que personne ne s’en offusque.

Au Sénégal l’éducation de base qui, naguère était l’apanage du cercle familial, est aujourd’hui réduite à une portion conjugue. La jeunesse n’a plus de références et a malheureusement perdu ses repères.

Lorsque des contre-valeurs jadis jugées comme des tares sont aujourd’hui érigées en principe (indiscipline et incivilité, sexualité précoce, manque de probité morale et d’éthique, crise de l’autorité, perte de l’unité familiale), il parait opportun de refonder l’Etat et la société et ériger des règles de conduite et des lois afin punir sévèrement les personnes qui ternissent l’image de notre société incarnée jadis par nos guides religieux et par des « Hommes de bien » qui font que le Sénégal est toujours cité toujours en exemple.

Yero Guissé

www.yeroguisse.org 

yeromamadouguisse@gmail.com

Voici Quelques vidéos d’illustration 

Partagez sur:

Auteur de l’article : Yero GUISSE

Blogueur, Activiste, Rédacteur Web Administrateur.....Blog de Yero Guisse