Deux photojournalistes publie “Daande Maayo”, un livre consacré au fleuve Sénégal

Le photojournaliste français Yves Barou a présenté au public, mardi, à Dakar, son livre intitulé “Daandé Maayo” (Editions TohuBohu, 240 pages) et consacré au fleuve Sénégal, dont il vante les mérites en matière d’intégration des peuples riverains notamment. 

“Nous avons rêvé du fleuve Sénégal et sommes partis jusqu’au Fouta-Djalon (Guinée) pour faire ce livre, en descendant ce fleuve magnifique dont le Sénégal peut être fier”, a dit M. Barou lors d’une séance de présentation de l’ouvrage rédigé avec la collaboration du photojournaliste sénégalais Djibril Sy, un ami à lui.

Il dit avoir séjourné dans plusieurs hameaux situés le long de ce fleuve et avoir rencontré beaucoup de ses riverains, en Guinée, en Mauritanie et au Sénégal, en compagnie de son ami. “Tout au long du périple, nous avons été guidés par ce fleuve, un bien commun pour le Sénégal, un trait d’union entre les populations (…) Dans ce voyage, nous avons voulu embarquer avec nos lecteurs”, a commenté Yves Barou. Il estime que ce cours d’eau au passé “glorieux” peut “jouer un rôle dans l’intégration des peuples riverains”.

“Partout dans le monde, les fleuves ont été des vecteurs de développement économique. Oui, c’est un trait d’union entre les pays riverains (Sénégal, Mali, Mauritanie et Mali). Il faut le considérer comme un bien commun”, a ajouté l’auteur. Le livre contient des textes et des photos qui racontent l’histoire du fleuve Sénégal et mettent en exergue les enjeux dont le cours d’eau est porteur en termes de climat, de développement, d’énergie et de navigabilité, selon M. Bayou.

 “Le fleuve Sénégal façonne, tout au long de ses 1.800 kilomètres, des paysages authentiques et généreux”, a-t-il souligné, le considérant comme “un trait d’union et un bien commun” des pays qu’il arrose. “C’est à un voyage, le long du fleuve, que [nous] vous convi[ons], avec de véritables rencontres, une découverte de ses paysages, de ses villages, de ses légendes, des riverains (…) Entre nostalgie de la grandeur passée et prémices du développement”, a commenté Yves Bayou. Selon une note de présentation, le livre “Daandé Maayo”, comme l’a expliqué l’un de ses auteurs, est constitué de photographies prises au Fouta-Djalon, à Saint-Louis et dans d’autres localités situées en Guinée, au Mali, en Mauritanie et au Sénégal.

Il inclut des textes de Hamed Diané Séméga, le haut-commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), organisme d’intégration régionale créé depuis plusieurs décennies par les pays riverains de ce cours d’eau. Alioune Kane, professeur à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, le chanteur Baaba Maal, Oumar Djiby Ndiaye et Abdoul Sow, professeurs à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis, et Lionel Zinsou, ancien Premier ministre béninois, ont pris part à la séance de présentation du livre.  L’ouvrage, selon ses auteurs, est vendu au bénéfice de La Liane, une association de solidarité internationale basée à Saint-Louis, où elle accueille des jeunes en difficulté. 

APS

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Blogueur, Activiste, Rédacteur Web et Entrepreneur, Yéro GUISSE est un jeune Sénégalais passionné des nouvelles technologies et des nouveaux médias. . J'essaie à travers ce blog d'apporter mes idées et mes contributions sur la marche de mon pays. Je suis pour un Sénégal des valeurs.
Back To Top