Le Blog de Yéro Guissé

"Espace de Réflexion et de Partage, Mon avis sur l'Actualité !" Une Vitrine sur le Fouta !

Retour d’un jeune économiste à la maison du paysan (Par Saikou Demba Gaye)

Retour d’un jeune économiste à la maison du paysan (Par Saikou Demba Gaye)

Originaire d’un village qu’on appelle Gababé  Pêcheur dans le département  de Matam, Commune de Dabia   dans une  zone appelée Dandé  Mayo en frontière avec la Mauritanie

1-C’est ou Dandé Mayo et qu’est ce qui le caractérise ?

Dandé Mayo est une zone qui se trouve au bord du fleuve en frontière avec la Mauritanie. Il est appelé aussi le Walo. Ces deux appellations montrent que la zone renferme une forte potentialité économique, parce que quand on parle de mayo c’est à dire le Fleuve on parle de l’eau avec tout ce que l’homme peut en tirer  et le Walo qui fait allusion  à une vaste étendue de surfaces cultivables. Quand on parle de dandé  mayo on parle aussi  de ces trois secteurs que sont l’agriculture, la pêche et l’élevage qui composent la maison du paysan.

2-Pourquoi la maison du paysan ?

En parlant de la maison du paysan, je fais allusion à une maison rurale en générale  et foutankaise d’hier en particulier. C’est une maison ou les habitants étaient des « Physiocrates » c’est-à-dire qui croyaient beaucoup à la terre  comme principale source de richesse. Les populations étaient des cultivateurs et passaient tous leurs temps dans les champs ou à faire de la pêche ou encore de l’élevage. L’agriculture  quant à elle se faisait de manière saisonnière autrement dit durant la saison des pluies qui dure 3à4 mois. Le paysan élevait tout genre d’espèces. Le fleuve était là mais ne pouvait rien servir ni  pour la culture ni pour  la pêche  car il y’ avait une absence totale de moyens techniques et financiers .C’est pourquoi on assiste à un système agricole, d’élevage et de pêche très archaïque.

3- Qu’est qui vous pousse à parler de retour ?

Retour oui…

En parlant de retour, je fais d’abord savoir  qu’il y’ a eu un séjour qui était pour moi un abandon des réalités de la maison  pour acquérir des connaissances .Après mes plusieurs années d’études et de formations en économie (économiste de formation), j’ai décidé de rentrer à  la «  maison », servir ma population et c’est tout ce que je rêvais….

Retourner à la maison pour aider le paysan à changer, moderniser son système de production  à travers des nouvelles formules de financement  du pouvoir public et privé, à rendre beaucoup plus rentables les trois secteurs d’activités du paysan. C’est tout ce que je peux faire aujourd’hui pour rendre la pièce de la monnaie car comme disait un vieux paysan « Derrière chaque étudiant qui a la maitrise il y’a 20 tonnes de maïs qu’il doit aux villageois parce qu’il n’a pas produit et il a mangé ».C’est toute l’importance pour moi de revenir et incarner le modèle de paysan de production  agricole pour contribuer à la  modernisation des économies du village.

4-Quel est le modèle que vous envisagez incarner pour moderniser les économies du village ?

Etre économiste, financier, ecologiste c’est bon mais pour moi c’être un citoyen averti qui compte de plus. Je n’ai jamais rêvé  trahir les gens qui ont fait de moi ce que je suis devenu aujourd’hui. L’économie c’est bien complexe mais quand  je parle d’économie, je fais allusion à une économie  de type rural d’abord c’est-à-dire une économie basée sur les secteurs que  compose la maison du paysan.

Le modèle que j’envisage rejoint en quelque sorte celui du régime actuel même si je constate des manquements dans le suivi de son programme. C’est le modèle qui consiste d’ abord à rappeler au paysan que nul n’est plus rentable que sa maison d’hier. Un modèle qui  œuvre pour  une maison révolue ou les moyens techniques  et financiers  sont utilisés pour  une agriculture moderne accompagnée des techniques de pèche et d’élevage rentables pouvant maintenir la jeunesse au village. Un modèle qui rompt avec l’agriculture basée sur l’autoconsommation c’est à dire une agriculture dont la production n’est ni destinée  à l’industrie agro alimentaire ni à, etre exportée. Un modèle permettant d’attirer les investisseurs publics et privés  telles que les banques classiques et les institutions de micro finances qui sont aujourd’hui des potentiels partenaires des micros entrepreneurs. Beaucoup de zones rurales des pays africains sont parvenues à moderniser leurs économies à travers ce partenariat avec  la « finance paysanne » qui n’est rien d’autre que la micro finance.

Un modèle  qui permet une amélioration des pratiques de  l’élevage et de la pêche pour une production animale en quantité et en  qualité suffisante.

5-Quelle serait la responsabilité de l’Etat dans la modernisation des économies du village ?

L’Etat en tant que détenteur du pouvoir public à une mission régalienne. Parmi ses misions de sécurité, il y a une mission de  sécurité alimentaire destinée à toute  la population. Elle a  la responsabilité de veiller sur toutes les couches de la population. Depuis plusieurs décennies la maison du paysan à été oubliée des reformes des structures de l’économie. Au lendemain de l’alternance de 2012, le président Macky Sall à travers son fameux PSE  a mis  en place des programmes pour restaurer les réalités de la campagne et à poser de nouvelles formules pour répondre à la demande de la population en infrastructures  sociales de base .Des efforts  ont été fournis  mais les secteurs composants la maison du paysan ne voient pas leur système changé. L’Etat a une vision sur  la modernisation de la maison  mais  on peut dire qu’elle n’est pas jusque là accompagnée d’action car jusqu’à la dernière saison le mode de culture, d’élevage et pêche et reste le même……

Pour moi, aujourd’hui pour assister la population rurale et moderniser la maison du paysan, il doit en dehors d’octroyer les moyens financiers et matériels   construire des infrastructures de formations dans ces trois secteurs, installer des industries de transformations des produits  dérivés  de la production agricole ; d’élevage et de pêche mais aussi désenclaver  la zone pour faciliter l’écoulement  ou la distribution des produits  à l’intérieur du pays…parce que sans les pistes de désenclavement  la circulation des biens  et services devient presque impossible.

Il doit également mettre en place des centres de formation des métiers pour faciliter l’insertion des jeunes et les femmes. C’est ce que  l’Etat doit au minimum faire pour valoriser le monde rural et l’inciter à ce qu’ elle participe à  la création d’emploi local source de réduction  du chômage et de l’augmentation du niveau de  développement économique du pays. Toutes ses conditions réunies, le paysan va non  seulement  atteindre son autosuffisance  en produits agroalimentaire et agro sylvopastoral  voir même en agro écologique.

6- En tant que  financier quel mode de finance penses- tu être solution  à la modernisation de l’économie rurale ?

Comme je disais tantôt, la finance qui est une branche de l’économie peut etre publique ou privée .Aujourd’hui pour moi la micro finance est la meilleure solution pour toucher le monde rural. L’Etat du Sénégal à travers son programme de financement  (Délégation à l’entreprenariat rapide, Agence Nationale pour la Promotion et de l’Emploi des Jeunes, PRODAC) accompagne  les jeunes dans le financement de leur projet et développer une économie circulaire. La micro finance  est le fer de lance l’activité  économique parce que sa mission première est  d’octroyer  même de la population la plus diminue de financement pour son business et participer au développement du pays. Il faut également une volonté politique de financement pour moderniser les économies.

Le paysan aussi peut bénéficier d’une finance privée .D’ailleurs aujourd’hui  on constate dans le mode rural une présence des multinationales c’est à dire des partenaires internationaux  qui veulent développer leur activité en utilisant de vastes surfaces de terres. La question qu’on se pose à ce niveau est : est ce que  ça profite au paysan ?

7-Quels conseils donner à la jeunesse, au paysan et à l’Etat ?

Mes conseils vont d’abord à l’endroit des jeunes instruits qui aujourd’hui doivent  faire preuves de responsabilités et d’engagements. Ils ne doivent pas laissés la maison du paysan être orpheline de ses fils .Les connaissances acquises doivent servir  à nos parents et nous permettre  d’être des citoyens modèles et utiles dans tous les domaines. Elle doit également et surtout penser à développer leurs activités sur place et veiller à son environnement .Ensuite au paysan qui est le centre de gravité du système. Il doit revaloriser sa maison de sorte qu’elle réponde  à ses ambitions et œuvrer à ce que l’autosuffisance dont on chante passe par ses mains tout en respectant les conditions agro écologiques. Et en fin  à l’Etat qui doit continuer de fournir  des efforts pour le monde rural. C’est très logique quand il mise sur la vallée pour atteindre son autosuffisance en riz et aux produits agro écologiques mais qu’il veille aux réalités du monde rural. Le Sénégal par le biais du paysan de la zone rurale de la vallée peut avoir une autosuffisance dans un horizon temporel acceptable sans piller les ressources. C’est tout l’importance de  se rappeler que 70% de la population sont paysans qui utilisent la terre pour cultiver, la pêche et l’élevage  du coup l’espace foncier doit etre bien gérer pour les générations futures  parce qu’aujourd’hui avec les phénomènes climatiques le foncier dans le milieu rural semble être menacé. Parlant dans ce sens, j’attire  l’attention du pouvoir public sur la présence des multinationales au  niveau de la zone rurale et qui sont des pollueuses à pilleuses à grandes échelles…….

L’Etat n’ a qu’à venir financer les secteurs ciblés  pour avoir une autosuffisance de manière contrôlée  c’est-à-dire sans gaspiller le foncier et polluer l’environnement qui constituent  une richesse pour les générations futures.

Saikou Demba GAYE

Jeune économiste natif du Fouta(Gababé Pêcheur)

saikou.gaye@gmail.com

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yero GUISSE

Blogueur, Activiste, Rédacteur Web et Entrepreneur, Yéro GUISSE est un jeune Sénégalais passionné des nouvelles technologies et des nouveaux médias. . J'essaie à travers ce blog d'apporter mes idées et mes contributions sur la marche de mon pays. Je suis pour un Sénégal des valeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *