Le « Tengaadé »(chapeau peulh) revalorisé au FESPACO

Les rideaux se sont refermés sur la 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), ce samedi 2 mars 2019. Les présidents du Burkina, Roch Kaboré ; du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta ; et du Rwanda, Paul Kagamé, ont présidé la cérémonie officielle de clôture.

L’attraction de cette 26 édition du FESPACO reste la revalorisation du « Tegaandé, le chapeau peulh considéré comme faisant partie du patrimoine vestimentaire du Sénégal. Ainsi les président Burkibé et Rwandais ont porté fièrement leur Tégaandé, signe d’un ancrage aux valeurs culturelles africaines.

Pour rappel, l’utisation du « Tengandé » remonte très loin dans le temps et trouve ses racines à Halwar dans le Fouta au nord du pays. En effet,
 Il coïncide avec la période de Cheikh Oumar Tall, guide religieux, fondateur de l’empire toucouleur. C’était ses disciples qui confectionnaient le chapeau et qui lui donnaient pour que le souverain musulman puisse se protéger des rayons du soleil. 

À cette période, la fabrication du tingandé était simple ; il se faisait uniquement à partir des feuilles de palmier. Par contre, il n’a pas échappé au principe de la mode à savoir l’imitation puisqu’ « il se répand très rapidement chez les dignitaires peulhs qui le portent souvent lorsqu’ils se rendent au champ »

Aujourd’hui, le « Tegaandé » ocuppe une bonne place dans le port vestimentaire du Sénégal et reste un riche patrimoine de la Culture Puular.

Quelques images avec les Président Kaboré et Kagamé

YERO GUISSE

www.yeroguisse.org

Partagez sur:

mars 3, 2019

Étiquettes : , , ,